chemin de vitrines pour Saint Flour

Mon projet se présente sous la forme de plusieurs volumes translucides disposés à travers la ville. Il peut s’agir d’un cheminement autonome, à l’intérieur du Chemin d’Art, comme il peut s’agir de réserves de nourritures. Ces cabines, aux parois plissées, joueront aussi bien avec la lumière et les intempéries, qu’avec le regard des passants et la présence de magasins.

Dans un premier temps, je les ai appelées « mûrissoirs », puis « cabines ». Maintenant, je pense qu’elles portent le nom de « vitrines » par mimétisme. L’appel des vitrines ! C’est contagieux une ville…

Saint Flour, une histoire de farine et une ville sainte…  Si elle est sainte, elle a droit à son chemin de croix. Générosité oblige, un cheminement de fruits fera l’affaire quand aujourd’hui on ne pratique plus l’ex-voto. Je ne m’interdis pas une allusion au processus électoral de l’année 2007. Le mûrissoir est aussi bien un isoloir, le vote, un ex-voto.

Ces vitrines peuvent être dispersées dans la ville, comme elles peuvent être partiellement regroupées. Il s’agit de jouer avec un volume, un concept. Cela peut ne rester qu’une idée.

Il faudra voir quels sont les fruits appréciés par la population locale, comment celle-ci acceptera de les renouveler. Il y aurait du plaisir à obtenir que le fruit exposé soit changé régulièrement, en fonction des arrivages ! Au pire, il sera fait appel à des fruits en plastiques.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *