épaules

Avec mes épaules, tu feras Atlas.

Elles ont la rondeur musclée des jougs inventés par l’homme. Mon torse y réfugie sa nudité, la fatigue y côtoie des angles morts. D’une courbe à l’autre se mesure la surface de l’air déplacé.

Rentre mes épaules dans tes chemises élégantes, elles souligneront le dessin de ton visage levant, le soupir de ton rêve couchant. Une part de boussole t’appartiendra alors. A vie.

4 thoughts on “épaules

  1. Clin d’oeil matinal
    La puissance et la légèreté des mots et des symboles reveillent la conscience de notre fragile liberté.

  2. Atmosphère vaporeuse
    L’image finale du visage contre la poitrine est amenée de manière très subtile et crée son effet, très visuel, et chaud, on imagine le soleil pris dans des voilages.

  3. Leçon d’anatomie maritime ou cartographie intime d’épaules (pôles ?) – « l’atlas, les angles, courbe, surface, air, le vent, couchant, boussole  » nous mènent à la poésie
    J’ai beaucoup aimé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *