oeil

L’œil, globe oculaire, bille de porcelaine, caméra infatigable. La porte de mon âme, le seuil de ma personnalité….

            Tu entres en moi par les yeux, tu cherches mon regard, tu fixes mon attention pour que tes paroles pénètrent mon esprit. C’est par les yeux que nous parlons, les mots viennent donner du son au sens, il y a plusieurs fois la même chose dans l’instant d’un regard. La même chose et une kyrielle de nuances.  Tu me vois, je te vois, tu vois que je te vois, je vois que tu me vois ; je vois que tu me parles, tu vois que je t’écoute, je vois quand je peux te répondre, tu vois quand je suis prêt à te répondre. Tout se laisse intercepter à la surface d’un organe, l’immatériel capté par un dispositif fragile et magnifique.

Je te donne le globe. Si tu fais un effort, le monde est à toi.

One thought on “oeil

  1. Oeil pour oeil
    Ce que j’apprécie de plus en plus, en lisant ces « pièces détachées », c’est la façon avec laquelle le style de l’écriture « colle » à la pièce envisagée. Tu parviens ici à nous sublimer la fragilité de l’oeil et le jeu des « je te vois, tu me vois… » sont comme de petites piques menaçantes qui assaillent cet organe auquel on tient comme à la prunelle de nos aïeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *