Estomac

 

 

 

 

 

 

     Je vais te donner mon estomac parce que tu ne l’as jamais vu, moi non plus d’ailleurs. Tu pourras jouer au ballon avec, ou bien comme une poche anti-stress, tu poseras ta tête afin d’y entendre les gargouillis qui t’amusaient tant lorsque tu te penchais sur moi. L’estomac de mon ventre a vu passer toutes les choses qui se mangent en Europe.  Les sauterelles grillées, le serpent au lait de coco ou le singe boucané aux arachides attendront.

 

Cet estomac t’aidera à digérer les mauvais coups du hasard. C’est facile à dire mais prends-le comme une tirelire dans laquelle il te sera permis de glisser des idées négatives, des pensées funestes ou des obligations indésirables. Ne l’ouvre pas pour autant, ne cherche pas à voir comment fonctionne cet organe digestif parce que ce n’est pas un jouet, et parce que l’odeur t’incommoderait fortement. J’ai trop souvent vomi pour savoir que l’estomac ne rend pas exactement les choses comme je les lui donne. Si tu veux, je peux joindre mes dents. Elles mâchent sévères les aliments. Oh ! Ne le prends pas comme une offre promotionnelle ! Je retire cette proposition dantesque.

 

Au pire, fais-en une poche d’air pour cornemuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *