Au-delà de l’image et de la matière: le matériau

Je travaille sur une sorte de carrelage issu d’affiches décollées et redécoupées, format journaux 56 x 56 cm/ Nouvelle République ou bien 65 x 65 cm/ Figaro… voir message du 27 juillet 2012.

Ce carrelage touchera tout ce ce qui peut se découper et s’entrecoller, comme j’ai commencé à le faire l’an passé, sur le rythme journalier.

On a voulu la mort de la peinture, on aimerait voir l’image omniprésente agoniser… N’oublions pas le Nouveau Réalisme

L’art n’est plus cette frontalité rétinienne, dénoncée par Marcel Duchamp, l’art s’est nettement détaché de l’image pour occuper des espaces physiques ou mentaux, matériels ou non.

L’idée du carreau m’est venue de la Renaissance, c’est une forme mathématique observable dans les tableaux qui veulent traiter de la profondeur, l’illusion de la profondeur. Mettre au carreau, c’est aussi transférer la réalité dans une image…

J’imagine un pur matériau de base, on peut marcher dessus, comme s’il s’agissait de sculptures plates de Carl André

On peut accrocher mes carreaux aux murs, aux plafonds… Ne pas les accrocher mais les empiler. C’est un échantillon visuel et un extrait mental, un morceau et son tout.

(à suivre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *