Le ciel d’Alençon est immense

 

Le titre provisoire du texte en cours d’écriture trahit son caractère autobiographique mais je ne résiste pas à photographier les pages qui s’accumulent… c’est la première fois que j’utilise autant le crayon, c’est la première fois que la mine grise galope d’une fiche à l’autre. Le critérium met un peu de soleil dans la composition, tout comme la peinture de la table de mon bureau

N’importe quoi! j’ai deux bureaux, celui qui porte l’ordinateur est noir est compte 10 cm de hauteur en moins…

C’est la première fois que je publie des infos sur un texte mais c’est tellement plus facile de faire cela que de trouver un éditeur qui voudra bien publier le texte…

2 thoughts on “Le ciel d’Alençon est immense

  1. Triouver un éditeur qui accepte de publier les textes: c’est bien aussi mon problème ! Et pourtant, il y a tant de m… (mauvais livres évidemment !) publié(e)s ! Je viens d’en lire un dernièrement. Il s’intitule (afin que tu ne le lises pas) « Une saison au Cambodge » d’un Anglais nommé Laurence Osborne. C’est très mal foutu, ça donne du Cambodge une vision qui ne correspond pas du tout à ce que j’en ai vu. De plus la traduction laisse à désirer : j’y ai appris par exemple que le passé simple du verbe « luire » fait « luisirent » à la 3ème personne du pluriel. Flaubert s’est retourné dans sa tombe.. Ceci posé, bonne fin d’écriture et bonne chance à toi.

    1. Merci Maurice!
      j’utilise très peu le passé simple parce que ses conjugaisons sont pesantes. Je travaille au présent pour dynamiser l’écriture. Le texte avance bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *